Orléans dans l’histoire | Orléans Val de Loire Tourisme

La grande Histoire d’Orléans

Découvrez l'histoire bimillénaire d'Orléans, entre époques fastes et périodes tourmentées...

L’Antiquité

Le site d’Orléans est occupé depuis la plus haute Antiquité. La Loire, franchissable à cet endroit, est à l’origine du développement de Cenabum, cité active et reconnue, implantée sur la rive non inondable du fleuve, au nord.

Conquise ensuite par César, Orléans devient Aurelianis au IVe siècle apr. J.-C.

La présence de vestiges d'un des remparts gallo-romains, rue Paul Belmondo, côté nord de la cathédrale Sainte-Croix, rappelle l'héritage de cette période.

Remparts gallo-romains d'Orléans, Orléans dans l'Antiquité
Crypte Saint-Aignan, Orléans

Au Moyen Âge

Orléans occupe une place importante au sein du royaume, tant d’un point de vue politique qu’économique.

Sous le règne des fils de Clovis, Orléans devient le centre d’un des quatre royaumes qui constituent le territoire franc.

Au cours du XIIe siècle, Paris s’impose comme capitale du royaume. Néanmoins, Orléans continue à faire fortune, riche de ses vins et au croisement de voies terrestres et fluviales fréquentées.

Au XIVe siècle, elle accueille l’une des universités les plus prestigieuses, dont la ville gardera plus tard le souvenir d’étudiants célèbres comme Jean Calvin

Orléans est aussi le théâtre de la guerre de Cent ans

Le siège de Jeanne d’Arc

À la fois guerre de succession et guerre civile, la guerre de Cent Ans atteint un pic dans les années 1411-1435.

Des adversaires épuisés financièrement et militairement s’affrontent autour d’Orléans dans une situation politique confuse.

L’arrivée de Jeanne d’Arc en 1429 remonte le moral des troupes françaises qui réussissent à chasser les Anglais d’Orléans, après sept mois de siège.

Charles VII est ensuite couronné à Reims et entame avec ses troupes la reconquête, malgré le revers que constituent la capture de Jeanne d’Arc (mai 1430) et sa mort (mai 1431).

Jeanne d'Arc dit Portrait de l'hôtel de ville ou dit (à tort) des échevins d'Orléans, le siège d'Orléans

L'époque moderne ou l'âge d'or d'Orléans

Au XVIe siècle, Orléans fut un haut lieu de la Réforme en France.

Le prestige de l’université attire de nombreux humanistes comme Érasme, qui transmettent la culture gréco-latine et des idées nouvelles parmi l’élite urbaine. En parallèle, les thèses de Luther parviennent à Orléans par le biais des étudiants germaniques et se développent.

Au milieu du XVIe siècle, la ville apparaît ainsi comme l’une des principales villes de la Réforme en France.

L’échec des états généraux tenus à Orléans en 1560-1561, pendant lesquels le roi François II décède, annonce le début de la guerre civile. Orléans souffre alors des guerres de Religion.

Durant le Grand siècle orléanais, la ville profite pleinement de sa situation géographique, de la Loire et de la paix qui s’installe en France au début du XVIIIe siècle pour s’enri­chir.

Orléans, gravure par Georgius Hoefnagle, 16e siècle, Médiathèque d'Orléans
Vue d'Orléans en 1835

De la ville industrielle et militaire du XIXe au renouveau des XXe et XXIe siècles

Orléans a connu au XIXe siècle un essor de ses activités industrielles ainsi qu'un rôle militaire accru.

Elle s'est ensuite profondément transformée au XXe siècle.

Le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale frappe Orléans de plein fouet. La ville est gravement bombardée.

Orléans, capitale régionale

La ville, fidèle à son passé, s’emploie à développer économie, culture et enseignement, tout en préservant la qualité de vie qui la caractérise.

L’inscription du Val de Loire sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2000 est une reconnaissance supplémentaire de cette qualité.

Orléans affirme son rôle de capitale régionale et se positionne comme l’une des principales métropoles d’équilibre du Bassin parisien. Elle obtient d'ailleurs le statut de métropole le 1er mai 2017.

Vue sur Orléans Métropole depuis les hauteurs de la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans

Sources : Orléans Mairie – Service Ville d’art et d’histoire